Les codes pour danser le tango argentin
en milonga.


Les codes du tango argentin sont un ensemble de règles applicables à tous, sans exception, afin que la piste de danse soit agréable pour tous les tangueras et tangueros.

Le tango argentin est une danse où on se déplace dans un espace délimité, à savoir la piste de danse sur laquelle évoluent les couples. Le principal risque est donc celui de la collision étant donné la proximité plus ou moins grande des autres couples. Il s’agit donc avant tout d’éviter toute collision.

Le respect de ces règles, qui s’ajoute à celles du savoir-vivre en société, permet à chaque couple de danseurs d’évoluer dans une harmonie collective et repose sur des principes simples le plus souvent fondés sur le bon sens.

On danse en respectant les autres

  • Il y a un sens pour le bal

Les danseurs  évoluent  dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
Par conséquent, la marche arrière est interdite. Un pas en arrière est possible à condition que cela ne gêne pas le couple qui se trouve derrière. On peut faire un pas en arrière si on est positionné obliquement par rapport à la ligne de danse et si on a vérifié que cela ne gêne personne.

  • Il y a 3 lignes de danse

La ligne extérieure bleue  se caractérise par le mouvement, la marche et la volonté d’avancer dans la fluidité. Sur cette ligne, les figures doivent  être très limitées pour ne pas retarder ou freiner les danseurs qui suivent.

La ligne intermédiaire verte plus à l’intérieur de la piste est celle d’un tango plus lent mais toujours en respectant le mouvement de la piste.

Le centre est réservé aux danseurs qui pratiquent les figures sans qu’ils puissent décider de « s’approprier » cette zone sans tenir compte des autres

Les lignes de danse

Le respect de la ligne de danse

Chaque couple doit veiller à rester sur sa ligne de danse.
Dépasser un couple doit demeurer une exception et toujours se faire par la piste intérieure. On doit bien garder en mémoire que, de par la position du cavalier dans le couple de danseurs, il ne voit pas son côté droit dissimulé par la tête de la danseuse.
Si les règles sont bien respectées, à la fin d’une danse, on doit avoir devant, derrière et sur le côté, les mêmes couples qu’au début, la musique étant la même pour tous et les lignes de danse fixes.

En rouge, ce qu’il faut éviter de faire !

L'entrée sur la piste de danse

Un morceau est commencé. Les danseurs ont démarré.
En entrant sur la piste, on casse obligatoirement  la ligne de danse des autres couples. On ne peut le faire que si l’espace est suffisant pour ne pas gêner les couples qui évoluent. Sinon, si la piste est déjà encombrée et qu’on ne peut pas entrer dans de bonnes conditions, il vaut mieux attendre le début du prochain morceau.

En rouge, ce qu’il faut éviter de faire !

On danse aussi avec les autres

Un bon danseur est d’abord celui qui adapte sa danse en fonction de l’espace disponible et de l’encombrement de la piste. Il faut tout faire pour éviter les collisions et créer un climat de dangerosité pour les autres couples, climat particulièrement mal ressenti.
Ainsi, les ganchos, boleos et autres figures aériennes sont à proscrire si on ne peut les exécuter sans risque pour les autres couples.

 

La piste de danse est définie et partagée. Chaque couple doit évoluer dans une surface proportionnelle à celle des autres.

Les excuses

Malgré toutes les précautions prises et comme dans toute activité de groupe, un incident peut se produire : une collision plus ou moins forte entre danseurs, le talon malencontreux d’une danseuse etc…

Il appartient au danseur du couple à l’origine de l’incident de s’excuser. Il peut le faire de 2 façons :
– Sans interrompre la danse, on peut faire un signe de la main ou un geste qui montre que l’on s’excuse.
– Attendre la fin du morceau et aller s’excuser.

On danse aussi en respectant son partenaire dans le couple

Le confort dans la danse

Le danseur doit avant tout entrer en connexion avec sa danseuse. Il s’efforce d’instaurer un climat de sécurité et de confiance en étant attentif à elle. Il peut alors proposer tel pas ou telle figure sans jamais chercher à en forcer l’exécution.

 

Être le plus possible dans la musique

Ce qui suppose de s’abstenir de parler durant la danse sauf nécessité. Quand on a envie de parler, mieux vaut bavarder tranquillement en dehors de la piste.

 

Et puis et puis… Une milonga n’est pas un cours

On vient en milonga pour danser. Il est particulièrement déplaisant de « subir un cours » de son partenaire (dont au demeurant rien ne permet de penser qu’il est de qualité !).
On ne devrait pas parler en dansant.

 

La courtoisie

Une tanda débutée doit être terminée sauf manifestation grave d’incivilité, de manque de respect ou de brutalité caractérisée. Il est particulièrement incorrect de ne pas danser une tanda dans son intégralité.

À la fin de la tanda, il convient de quitter la piste et de raccompagner sa partenaire à l’endroit où elle se trouvait quand elle a accepté l’invitation.

Et quand on n’est pas sur la piste de danse…

Dans une milonga, en dehors de la danse, il y a aussi quelques règles à observer durant les pauses afin de respecter les couples qui dansent.

On ne doit jamais couper la piste de danse quand les danseurs évoluent.
Il faut s’assurer de ne pas gêner les danseurs. S’il est possible de le faire, on se déplace en bordure de piste (pour aller s’asseoir, aller au bar, etc.). Ce n’est pas aux danseurs de s’arrêter ou de faciliter le passage à une personne qui ne danse pas.
Si un non-danseur ne peut pas passer sans gêner, il lui appartient d’attendre la fin du morceau.